Oratorio de la Passion, de Maxime Kovalevsky : dimanche 10 mars 2024, Metz

Oratorio de la Passion du Christ, de Maxime Kovalevsky.

Chants orthodoxes en français par les chœurs de la cathédrale Saint-Irénée à Paris (Église Catholique Orthodoxe de France) et du prieuré Notre-Dame & Saint Thiébault (Béthanie, Gorze), sous la direction de Bruno Houver, diacre et maître de chapelle.

Date, lieu & contact

  • Dimanche 10 mars 2024 à 16h | Entrée libre
  • Église Saint Maximin, 61 rue Mazelle, 57000 Metz
  • Bruno Houver, diacre et maître de chapelle à la cathédrale Saint-Irénée (Paris) | Église Catholique Orthodoxe de France | [email protected] | 0 668 843 667

Maxime Kovalevsky (1903-1988)

Musicien, théologien, mathématicien, liturgiste et grand pédagogue, Maxime Kovalevsky est reconnu unanimement par les orthodoxes comme le meilleur compositeur de musique liturgique du XXe siècle.

La révolution soviétique chassa sa famille de Russie qui vint s’établir à Nice puis à Paris. Avec son frère Eugraph Kovalevsky (saint évêque Jean de Saint-Denys), il œuvre à la résurgence de l’orthodoxie en Occident chrétien et à l’Église Catholique Orthodoxe de France. Il compose alors un cycle liturgique complet, en langue française, basé sur les tons grégoriens et russes. Il lui était impensable de composer de la musique liturgique pour des occidentaux, sans partir de la grande tradition musicale liturgique occidentale : le chant Grégorien.

Sa musique permet à un occidental de se sentir ancré dans sa tradition et non transporté dans une autre culture.

Maxime Kovalevsky a toujours cherché la simplicité et la transparence dans ses compositions. Il ne cherchait pas à mettre en avant sa technique de compositeur, mais il était toujours au service de la Parole qui est portée par la musique.

L’Oratorio de la Passion fut composé spécialement pour réaliser un enregistrement. Toutes les pièces chantées dans cet Oratorio sont issues de la Semaine Sainte ; ce sont les chants que nous chantons dans l’Église. Maxime Kovalevsky a ajouté les voix du narrateur, du Christ-Jésus et des différents protagonistes qui relient les différentes pièces. En une heure de temps, cette œuvre nous fait revivre en profondeur la Semaine Sainte jusqu’à la Résurrection.

Ma rencontre avec Maxime Kovalevsky, qui fut mon maître, a été déterminante dans ma vie. Ce fut un choc immense d’entendre cette musique, il y a maintenant plus de quarante ans, et je suis toujours émerveillé de ce que je peux y puiser et y découvrir. Je consacre beaucoup de mon temps et de mon énergie à faire connaître cette œuvre, à enseigner et transmettre ce trésor. (Bruno Houver)